jeudi 2 mars 2017

Une histoire de vie

Pierre et Danielle Estur portant une photo du Saint-Lô sur lequel ils se sont rencontrés



Il était une fois, dans une ville assez proche de Paris, un couple épatant.

Pierre Estur est né en 1921 près d’un moulin à Rouen. En 1946 il débute sa carrière de capitaine au long court à la Compagnie Générale Transatlantique. Ses qualités incontestables en tant que spécialiste des questions nautiques et de la marine marchande française mèneront sa carrière jusqu’au Paquebot France en tant que commandant adjoint de 1974 à 1976.

Née en 1922, la carrière de Danielle Laboureau concerne la pédagogie, mais pas à l’éducation nationale, au sein de l’armée en tant qu’adjointe sociale de l’armée, affectée aux jardins d’enfants des casernes de garde mobile. 


En 1947, Danielle Laboureau est alors institutrice privée des enfants pour les familles avec l’Alliance Française au Chili. A cette époque Pierre Estur, lieutenant du Liberty ship, le Saint-Lô, se rend au Chili afin d’un charger de la marchandise. A cette époque les bateaux de marchandise disposent de 5 cabines doubles destinées aux déplacements de passagers. Une fois le navire chargé en cuivre et les passagers embarqués, le Saint-Lô reprend sa route maritime pour rejoindre la France. Peu de temps après le départ, le lieutenant aperçoit une femme en pantalon en train d’escalader le premier mât. Il l’interpelle sévèrement et la somme de descendre. Il la sermonne en lui disant qu’elle a le droit comme chacun de mettre fin à ses jours, mais pas sur son bateau. Elle se justifie en expliquant qu’elle voulait juste profiter de la vue depuis les hauteurs du mât. C’est ainsi que Pierre et Danielle se sont rencontrés.

Danielle Estur désigne le mât qu'elle escaladait au moment de leur rencontre


Durant les nombreux voyages de Pierre Estur, le jeune couple s’écrit souvent. Ils se marièrent en 1949, eurent quatre enfants et traversèrent une vie riche en histoire et en amour, malgré les périls.

Durant leur retraite, Pierre transmet son incroyable savoir concernant les bateaux et l’art de les commander, tandis que Danielle se consacre d’abord à l’alphabétisation des étrangers pendant treize ans en tant que bénévole, puis à partir de 1982 à l’art et la peinture. C’est lors d’un salon artistique, en octobre 2016 que j’ai rencontré ce superbe couple, ce couple d’une rare longévité. Danielle et Pierre Estur ont alors respectivement 94 et 95 ans. Ils vivaient leur 68è année de mariage.

Ici, Danielle tient un portrait de Pierre à bord du France
 
Le 19 janvier 2017, Pierre Estur nous a quittés pour son dernier appareillage. Je lui dédie ces photos et espère que Danielle Estur y trouve le bel hommage que cette longue et merveilleuse union mérite.

Ils vécurent heureux et eurent de nombreux enfants, petits-enfants et arrière-petits enfants. Le laps de temps qu’ils ont passé sur notre planète aura laissé une trace dans le cœur de tous ceux qui les ont croisés.


vendredi 3 juin 2016

[Norvège] Lumières polaires

Aurore boréale au dessus d'une piste de ski près de Tromsø le 9 mars

Cela faisait pas mal de temps que je voulais visiter un pays nordique. J'ai alors étudié les différentes options et j'ai fini par choisir la Norvège. J'ai motivé mon ami Guillaume Boitelle et nous sommes partis les 10 premiers jours de mars 2016. La Norvège est un pays immense et tout en longueur, il est impossible de tout traverser en 10 jours. Nous choisissons comme point de chute la superbe capitale du Nord : Tromsø. Nous y logeons quelques temps et choisissons ensuite comme autre pied à terre Straumnes, au nord de l'Ile Austvågsøya, qui fait partie elle-même des Iles Lofoten.

Les motivations de ce voyage sont le dépaysement, la contemplation, et une chance de profiter des célèbres Aurores Boréales. Nous avons eu cette chance, à plusieurs reprises, avec différents paysages et sous différentes conditions.





Aurore Boréale à Straumnes, le 6 mars, devant une partie de la Grande Ourse en haut à gauche,
Arcturus en bas à gauche et Jupiter en bas à droite










L'apparition d'aurores polaires (boréales et australes) est due aux particules chargées du vent solaire. Ce dernier est dévié par la magnétosphère terrestre  et une partie des particules est redirigée autour des pôles magnétiques.  Lorsque ces particules chargées sont confrontées à la haute atmosphère elles forment les aurores polaires. Elles s'observent principalement dans une zone annulaire appelée « zone aurorale » (entre 65° et 75° de latitude).














Ce phénomène se situe entre 90 et 180 km d'altitude, c'est à dire largement au dessus des nuages. Pour qu'il puisse être observé, il est donc impératif que le ciel soit dégagé.


Aurore Boréale au port de Laukvik, le 7 mars, devant les Pléiades à droite et derrière un épais voile nuageux empêchant la pleine observation
des détails de l'Aurore



Guillaume observant une aurore boréale devant notre logement à Tromsø le 1er mars





 




On observe les aurores boréales la nuit tout simplement parce que le jour, elles sont masquées par la lumière du soleil. De même, il est bien plus difficile de les observer les nuits de pleine lune ou dans les grandes villes à cause de la pollution lumineuse.
Sur la photo ci-contre, prise en ville, le phénomène largement atténué par la lumière de la ville m'a forcé à pousser le traitement afin de le rendre plus visible. Une perte de qualité significative se fait bien sûr ressentir.




Les aurores ne sont pas facilement observables toute l'année. Les périodes les plus propices sont les mois de septembre/octobre et février/mars. En été, le fait qu'il n'y ait pas ou peu de nuit empêche leur observation. L'hiver, l'absence de jour et les conditions climatiques polaires (froid et neige abondante) rend plus difficile tout déplacement. Nous avons choisi le mois de mars plutôt que le mois d'octobre car au nord de la Norvège,  le mois d'octobre étant le plus pluvieux, la probabilité d'un ciel couvert est plus grande.


Aurore Boréale à Straumnes, à côté de notre logement, le 5 mars

Vous pouvez constater sur certaines photos plus de couleurs que sur d'autres. On remarque notamment l'apparition du violet. Pour tout vous dire, ces couleurs sont apparues sur certaines photos quand l'intensité de l'aurore n'était pas trop forte. Cela dit, nous ne les avons pas vues de nos propres yeux. La seule couleur que nous ayons observée était le vert plus ou moins vif. D'après ce que j'ai pu lire, il est possible de voir d'autres couleurs telles que du rouge, mais nous n'avons pas eu cette chance.


Aurore Boréale à Straumnes, près de la plage, dos à la mer, le 6 mars
On distingue une partie d'Orion à travers les nuages à gauche de la grange en ruine et les Pléiades touchant des nuages en haut à droite de cette même grange


Les techniques que j'ai utilisées pour photographier ces lueurs célestes variaient en fonction de la pollution lumineuse du site où je me trouvais. Dans les Iles Lofoten, le ciel est beaucoup plus épargné qu'à Tromsø. A chaque fois, j'utilisais mon objectif 20mm 1.8. Dans les Iles Lofoten, je l'ai réglé à 1600 ISO, ouvert à f2.8 pendant 15 secondes. Au même endroit sur un ciel plus nuageux et une aurore moins lumineuse, j'ai ouvert à f1.8 pendant 12 secondes au même ISO. Mais le résultat est meilleur à f2.8 car moins d’aberrations chromatiques.


 
Aurore Boréale à Straumnes, le 6 mars, devant Arcturus en bas à gauche et Jupiter en bas à droite

Aurore boréale au dessus de Tromsø le 9 mars










Aux alentours de Tromsø, pour le même ISO, j'ai ouvert à f3.5 pendant 15 secondes par photo, mais il a été beaucoup plus difficile en post-traitement d'obtenir un résultat esthétique et équilibré à cause de la pollution lumineuse. Cela dit, j'ai aussi réalisé une photo d'une aurore au dessus de la ville. Cette fois, j'étais réglé à 800 ISO, ouvert à f5.6 pendant 15 secondes.
















On parle beaucoup plus d'aurores boréales (hémisphère nord) que d'aurores australes (hémisphère sud) tout simplement parce qu'elles sont beaucoup plus faciles à observer. En effet, dans l'hémisphère sud, il n'y a que très peu de terres se situant dans la zone aurorale.



Aurore Boréale sur la plage de Straumnes, le 5 mars, devant une partie de la voie lactée, Andromède à gauche et un flash iridium juste à côté


Là-bas, la montagne se jette dans la mer
La neige s’allonge sur la plage
C'est la fin de l'hiver
La nuit, le ciel s'embrase
D'un feu couleur émeraude
Un cadeau de l'univers
Un spectacle hypnotique,
La danse du vent solaire
Dans les hauteurs du ciel.


Aurore Boréale à Straumnes, le 6 mars, devant une partie de la Grande Ourse en haut à gauche et Arcturus en bas à gauche



Aurore boréale au dessus d'une piste de ski près de Tromsø le 9 mars


Aurore Boréale à Straumnes, le 6 mars, devant Arcturus en bas à gauche et Jupiter en bas à droite


Aurore Boréale à Straumnes, près de la plage, dos à la mer, le 6 mars
On distingue une partie d'Orion à travers les nuages à gauche de la grange en ruine

Aurore Boréale sur la plage de Straumnes, le 5 mars, devant une partie de la voie lactée et Andromède à gauche



Aurore Boréale à Straumnes, le 6 mars, devant Arcturus en bas à gauche et Jupiter en bas à droite


Aurore boréale au dessus d'une piste de ski près de Tromsø le 9 mars


Aurore Boréale à Straumnes, le 6 mars, devant Arcturus en bas à gauche et Jupiter en bas à droite


Autoportrait devant une Aurore Boréale à Straumnes, près de la plage, dos à la mer, le 6 mars
On distingue une partie d'Orion derrière ma main droite et les Pléiades en haut à droite de la grange en ruine

Vous pouvez profiter maintenant de ces images de façon animées à travers ce Time-Lapse que j'ai réalisé à partir de mes prises de vues lors de ce voyage :




J'ai hâte de retourner dans le grand nord et d'approfondir ce travail !


lundi 18 avril 2016

Grosses pattes de velours en Seine-et-Marne

Tigres de Sibérie












Petite sortie à la fois entre collègues photographes de l'atelier "Pause Photo", mais aussi en famille avec mes deux enfants, nous sommes allés au Parc des Félins, à Lumigny-Nesles-Ormeaux en Seine-et-Marne.











Lion d'Afrique de l'Ouest





















C'est un grand parc zoologique de 71 hectares où peuvent évoluer à travers de grands enclos 140 félins. Ils représentent 26 des 36 espèces de félins encore vivantes sur Terre, ainsi que des lémuriens (famille d'espèces endémiques de Madagascar).












Tigreau de Sibérie




















Le Parc des Félins est également un centre d'élevage et de reproduction. Trois tigres de Sibérie sont nés le 28 décembre 2015. Vaccinés et suffisamment grands, ils ont rejoint l'enclos de leurs parents le 1er mars. J'ai donc eu la chance de photographier ces gros "chatons".



Lionceau et lionne d'Afrique de l'Ouest
























Le parc est divisé en plusieurs circuits pédestres et un circuit en petit train. Les différents circuits sont dénommés selon les zones géographiques d'habitat naturel des animaux. Les circuits sont donc : Africain, Américain, Asiatique, Européen et Malgache.



Maki catta, une des espèces de Lémuriens































Le circuit Malgache est une île où se trouve les lémuriens. 40 lémuriens pour 5 espèces différentes.



















Ce parc zoologique est très responsable, son éthique est très respectueuse des animaux. D'ailleurs, cet endroit est très impliqué dans la sauvegarde des félins et des autres animaux.

Je vous laisse apprécier les quelques photos que j'ai prises d'un échantillon des individus rencontrés là-bas :


Lionceau d'Afrique de l'Ouest


Lionceau d'Afrique de l'Ouest

Lionceau d'Afrique de l'Ouest


Lions d'Afrique de l'Ouest

Tigre blanc









Le tigre blanc est très spectaculaire, cela dit il ne s'agit pas d'une sous-espèce à part entière, mais d'une anomalie génétique.













Tigre blanc

Tigre blanc























Tigre blanc
 
Tigre blanc
 
Caracal

Guépard


Tigres de Sibérie


Tigres de Sibérie

Tigres de Sibérie

Tigres de Sibérie

Tigres de Sibérie

Tigres de Sibérie

Tigres de Sibérie


Maki catta, ninjas !!!

Maki catta

Maki catta

Maki catta

Maki catta

Lémurien couronné

Lynx d'Europe


Lions blancs de Kruger

Lynx du Canada

Lynx du Canada

Lynx du Canada

Lynx du Canada

Lynx du Canada


Un site à voir et à soutenir.


http://www.parc-des-felins.com/fr/